Paru en France en 2010
Autres livres de L.L. KLoetzer : Anamnèse de Lady Star
Chronique publiée dans Présences d'Esprits n°83

C’est après avoir découvert Anamnèse de Lady Star, la dernière œuvre du couple Laurent et Laure Kloetzer, que je me suis attaqué à « Cleer, une fantaisie corporate », leur premier livre en commun.
Si l’on retrouve dans Cleer quelques éléments présents dans Anamnèse, notamment l’idée de lire et d’altérer la psyché humaine via des éléments clefs, comme s’il ne s’agissait que d’un code à cracker, l’ouvrage offre un univers très différent.

Le récit prend place, semble-t-il, dans un futur très proche, voire un contemporain alternatif. Mais le lecteur ne saura rien de ce futur, car tout se concentre à l’intérieur du Groupe, une multinationale ramifiée sur divers secteurs, qui gère des projets aussi divers que des plateformes de vente en ligne ou de la recherche avancée en agriculture transgénique, en cosmétique...
L’histoire est comme prise au piège par ce Groupe, et même lorsque l’on quitte les parois vitrées du gigantesque siège social, le reste du monde est abordé comme une série d’obstacles et de paramètres pouvant servir ou desservir la multinationale. Cela finit par donner un sentiment de flottement claustrophobique, de point de vue tourné vers l’intérieur. On sort presque épuisé de cette lecture.

Nous suivons deux personnages, Vinh Tran et Charlotte Audiberti, responsables de la Cohésion Interne, le service qui défend les intérêts du Groupe, qui prend en charge les dysfonctionnements, qui limite la casse avant que l’image de Cleer n’en pâtisse.
Leurs missions, qui sont également des évaluations pour leur parcours dans le Groupe, forment une série de nouvelles rafistolées ensemble. Si les deux héros évoluent tout au long du récit, il manque peut-être d’un fil narratif autre. Mais les trajectoires de Vinh et Charlotte sont suffisamment passionnantes pour qu’on oublie cette segmentation.
Enquête sur une série de suicides, lutte contre un syndicat agricole, recherche d’un hacker ou plongée dans la jungle du Viet Nam sur fond de complot... Jamais la moralité du Groupe n’est mise en cause, tout est envisagé en termes d’objectifs à atteindre, de rapports à donner. Tandis que Vinh Tran analyse froidement les situations, Charlotte fait de plus en plus jouer son intuition. Son empathie lui permet d’entrer dans la peau de l’autre, jusqu’à connaître ses pensées, ses mots de passe. Et pourtant, ses actes demeurent déshumanisés, amoraux, car elle ne sert que Cleer, dans une course verticale à la carrière, dans cette tour de verre où les costumes sont blancs, comme un idéal absolu.  Un fond de mysticisme teinte l’univers de L.L. Kloetzer. Les techniques managériales et les formations du Groupe vont au-delà de la psychologie pour entrer dans la manipulation mentale. Cela m’a souvent évoqué certaines sectes bien connues qui noyautent des entreprises.


Cleer est un livre expérience. Une fois l’ouvrage refermé, difficile d’expliquer ce qu’on a lu. Faut-il y voir une satire de certaines multinationales existantes ? A quel point s’éloigne-t-on de la réalité ? La caméra des auteurs flotte tellement au-dessus des personnages que le contexte en est gommé. Et leurs motivations dérivent progressivement vers quelque chose d’autre. De non humain. Cleer fait sans aucun doute partie de ces livres qui vous laissent longtemps un sentiment de malaise indéfinissable. C’est ce qui en fait un livre réussi.

3 commentaires :

  1. Je viens de l’acheter sur mon Kindle, ma PAL ne te remercie pas ^^

  2. Ah, j'ai donc su être convaincant ;) Je pense que tu ne le regretteras pas, que l'on aime ou pas le style un peu déstructuré, ce livre est suffisamment en décalage avec la production sf habituelle pour en faire une expérience vraiment intéressante. Tu me diras ce que tu en as pensé !

  3. Hello
    Un très bon livre, inhabituel et intriguant.